"10 raisons de s'opposer à la visite du président américain en Inde" ☏ assurance entreprise

De la couverture des risques de subis ou bien causés à des tiers, aux garanties pour couvrir pertes d’exploitation et les risques informatiques, contrats d’assurance, même facultatifs, peuvent s’avérer indispensables.
ll assez peu de fois d’un incendie ainsi qu’à de la livraison d’un produit défaillant pour mettre en péril la vie d’une entreprise… Si, du court point de vue juridique, seules quelques bâches sont obligatoires – la garantie des véhicules, la responsabilité civile et audace rares de type garantie décennale pour quelques-uns secteurs d’activité -, les PME et TPE ont tout intérêt à souscrire des garanties complémentaires. Au-delà du strict minimum – la confirmation des biens, celle des pertes d’exploitation et pourquoi pas la responsabilité civile pro -, différents contrats peuvent se révéler utiles au regard de l’activité de la société (informatique, chimie, transports, pratique cycliques…) et aussi faciliter son expansion à l’international. Difficile toutefois de s’y retrouver dans une offre surabondante. Parcours fléché des sept contrats obligatoire à l’entreprise.

1. L’assurance des biens

Première grande catégorie d’assurances pour les entreprises: la couverture des risques potentiels extérieurs. Inondation, incendie, vol menacent les locaux, le matériel ainsi qu’à stocks. Contre ces dommages, une confiance spécifique être souscrite, non obligatoire cependant néanmoins incontournable. “Attention, si l’entreprise est locataire de ses locaux – bureaux, usine, entrepôt- elle doit obligatoire souscrire une confiance pour couvrir les dommages liés aux biens immobiliers et sa responsabilité d’occupation. Cette obligation figure dans la loi n°89-462 du 6 juillet 1989”, avertit Damien Palandjian responsable département à la Direction des Services aux Entreprises, chez le courtier en assurances Verspieren.

En cas de sinistre, le chef d’opération fera une déclaration à sa compagnie d’assurances dans un délai judiciaire rappelé dans le contrat (de deux à de cinq ans jours, selon les risques), vraiment immédiatement pour les actualité importants (incendie, catastrophe naturelle, tempête, cambriolage…). Le montant de l’indemnisation dépend alors de la valeur des biens garantis, il est pourquoi il ne faut pas oublier de prévenir son assureur lorsque le périmètre des biens à assurer évolue en cours d’année (achat de nouvelles machines, reprise d’un autre site…), ni de vérifier quels sont dommages réellement couverts. Les sociétés qui ont une activité cyclique se traduisant selon une variation importante des circonspection de produits ont intérêt à mentionner cet spécificité à assureur pour être mieux couvertes en cas de dommages. La valeur des bienséance est alors établie sur la base de leur montant le plus important et régularisée en fin d’année.

Dans exhaustifs les de figure, l’indemnisation existera versée d’ordinaire après présentation des factures correspondant aux réparations nécessaires ou bien à l’achat de nouveaux matériels. En cas de lourd sinistre, l’assureur peut toutefois verser des acomptes à son client.

Avant la visite du président américain Donald Trump en Inde, prévue les 24 et 25 février, un rapport a été publié par la All India Peace and Solidarity Organisation, New Delhi. Le communiqué énumère les 10 principales raisons d'être en désaccord avec cette visite, qui aurait dépensé plus de 100 £ par le gouvernement indien.

Aussi, le 24 février. Jantar Mantar, à 11 h 30, tiendra une audience de protestation contre la visite du président américain Trump.

Lisez la déclaration ci-dessous:

Le président américain Donald Trump se rendra en Inde en 2020. 24-25 février Le Premier ministre Modi a déclaré que les États-Unis et l'Inde avaient une relation spéciale et que cette visite renforcerait davantage les relations bilatérales en faveur de l'Inde. Rien n'est plus éloigné de la vérité. En fait, dans les semaines précédant la visite de Trump, l'Inde a été retirée des listes de statuts spéciaux et préférentiels des pays commerçants avec les États-Unis.

La véritable intention de la visite de M. Trump est de capturer le marché indien et de forcer le pays à accepter toutes les conditions qui servent les intérêts des sociétés américaines. Le gouvernement indien est également sous pression et accepte ces conditions. La privatisation des produits de défense et des institutions financières telles que LIC sont quelques-uns de ces exemples récents.

Trump poursuit une politique de haine et d'héroïsme qui, d'une part, démontre les minorités et les migrants et, d'autre part, maintient l'agenda des entreprises américaines contre les intérêts des travailleurs et de l'environnement. De cette visite, l'Inde n'a rien d'utile et beaucoup à perdre. En outre, la célèbre politique étrangère de Trump a été une catastrophe inimaginable pour plusieurs pays tels que la Palestine, l'Iran, l'Irak, la Syrie, le Venezuela et la Bolivie. Par conséquent, une large coalition de groupes démocratiques et progressistes de tout le pays a décidé de s'opposer à Trump et de lui résister pour les raisons suivantes:

  1. IMPACT SUR L'AGRICULTURE INDIENNE

L'Inde est un grand marché cible pour les entreprises agroalimentaires américaines; des produits tels que les amandes, les noix, les noix de cajou, les pommes, les pois chiches, le blé, le soja, le maïs et les arachides. Des allocations budgétaires et des subventions importantes du gouvernement américain permettent aux sociétés agro-industrielles de fausser les prix et de déplacer les agriculteurs locaux dans les pays en développement. 2019 La distribution de la facture agricole américaine s'est élevée à 867 milliards de dollars (60 INR, 69 000 crores de Rs). Jusqu'à présent, l'Inde a utilisé les tarifs comme outil politique pour protéger ses agriculteurs contre de tels excédents d'importation. Trump exige que l'Inde abolisse ces tarifs. Il le fait aussi pour le secteur laitier et avicole en Inde il enrichit également plus de 100 millions de foyers. De nombreux groupes de paysans, tels que All India Kisan Sabha (AIKS) et le Comité de coordination du mouvement des agriculteurs indiens (ICCFM), ont déjà écrit au gouvernement indien pour décider d'ouvrir davantage les marchés agricoles pour les produits subventionnés des États-Unis.

  1. ACCÈS PERSONNEL AUX SOINS DE SANTÉ

L'Inde est un fabricant essentiel de génériques abordables. Les garanties de la loi indienne sur les brevets jouent un rôle important en fournissant aux fabricants de génériques une concurrence et des produits pharmaceutiques abordables. En raison de la concurrence des médicaments génériques en Inde, les prix des médicaments traitant des maladies comme le VIH, la tuberculose (TB) et le cancer sont abordables. Au cours de sa brève visite, l'Inde sera de nouveau sous pression pour se plier à des revendications qui protègent les intérêts des sociétés pharmaceutiques américaines. Les rapports indiquent que Les États-Unis font déjà pression sur l'Inde pour qu'elle révise des articles de la loi indienne sur les brevets qui autorisent l'octroi de licences obligatoires et interdisent les demandes de brevets légères en utilisant des tactiques "persistantes". Les États-Unis ont également pris note de la politique progressive de l'Inde en matière de contrôle des prix des dispositifs médicaux tels que les supports cardiaques et les implants du genou. Si vous répondez à cette demande, les multinationales américaines pourront fixer des prix élevés qui nuiraient à l'accès. Le gouvernement indien ne doit pas faire pression sur les génériques, les dispositifs et les vaccins disponibles pour les personnes en Inde et dans le monde.

  1. AGENDA DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES ÉTATS-UNIS

Les États-Unis exercent une pression énorme sur les pays en développement pour qu'ils adhèrent au régime de commerce numérique international à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Ce que l'on appelle inexorablement les pourparlers «e-commerce» serait libre pour tout le monde chez Big Tech de continuer à contrôler davantage son processus économique et politique. Des dispositions telles que la libre circulation transfrontalière des données sans compensation, l'extension du droit privé américain aux signatures électroniques et aux courriers électroniques. L'authentification et l'interdiction de localisation limitent notre capacité à assurer le développement numérique de l'intérêt public. Ces règles sont basées sur des sociétés telles que Amazon et Google et sont conçus pour aider ces entreprises à dominer les marchés des pays en développement. Trump a poussé l'Inde à autoriser un accès illimité à ces sociétés, ce qui permettra aux États-Unis d'exploiter leur pouvoir sur la technologie numérique. Un tel accord serait désastreux pour l'économie indienne pendant des décennies et pousserait les agriculteurs, les commerçants et les travailleurs dans des souffrances encore plus grandes et de compromettre notre chemin d'industrialisation numérique.

  1. INDE PAYS DE VENTE ET DE DÉVELOPPEMENT

Les États-Unis ont renvoyé à plusieurs reprises l'Inde à l'OMC. Elle a contesté la politique indienne de stockage public et de prix de soutien minimum (JPS). Ces politiques sont essentielles à la mise en œuvre de la loi nationale sur la sécurité alimentaire pour garantir que les pauvres ont accès à la nourriture et que les agriculteurs reçoivent des prix décents. Les États-Unis ont également fait appel à l'Inde devant un tribunal de l'OMC pour approuver les politiques ciblant les fabricants nationaux de panneaux solaires et les subventions à l'exportation. Sous Trump, Les États-Unis doivent veiller à ce que l'Inde et les autres pays en développement ne soient plus classés comme pays en développement à l'OMC. Cela éliminera pour ces pays des dispositions telles que le traitement spécial et différencié (TSD), qui permettent une flexibilité en termes d'engagements et des périodes de mise en œuvre plus longues, en fonction de leur état de développement. Les États-Unis sont également un acteur clé dans la fermeture de l'Organe d'appel de l'OMC, qui a joué un rôle critique dans les différends commerciaux.

  1. LA GRANDE CRISE CLIMATIQUE

Trump est un négateur du changement climatique. En fait, selon ses propres mots, il a lancé le processus formel de retrait des États-Unis de l'Accord de Paris de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Les États-Unis sont le plus grand émetteur historique de gaz à effet de serre au monde. Il prend donc une grande part de responsabilité en prenant les plus grandes réductions d'émissions et en s'attaquant en même temps à son fardeau du changement climatique, en fournissant les bons fonds et les technologies vertes aux pays en développement qui ont été touchés de manière disproportionnée par la crise climatique. Au lieu de cela, Trump a refusé de payer la part américaine requise au Fonds vert pour le climat (GCF) et a attaqué l'Inde pour avoir prétendument demandé des milliards de dollars d'aide étrangère pour ses efforts climatiques. Malheureusement, le gouvernement Modi a refusé de résister à l'intimidation américaine.

  1. INTRODUCTION À LA POLITIQUE DE PRODUCTION ET D'INVESTISSEMENT

2018 L'administration Trump a appliqué des tarifs unilatéraux sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance de plusieurs pays en développement, dont l'Inde. Les rapports indiquent que les exportations indiennes d'acier ont chuté de 46% en 12 mois en raison de l'action américaine. 2020 Janvier Les tarifs américains ont été étendus aux produits de consommation tels que le câblage électrique et les pièces automobiles et tracteurs. 2019 Mai Le retrait américain des préférences du Système généralisé de préférences (SGP) de l'Inde a également affecté les produits manufacturés indiens, notamment les textiles et les composants automobiles. Le SPG offre un accès en franchise de taxes à plus de 2 000 produits évalués à environ 6 milliards de dollars. Les États-Unis ont également imposé des restrictions à l'investissement indien dans divers secteurs tels que l'assurance et la banque, où le seuil de propriété étrangère est respectivement de 49% et 74%. Les restrictions à l'investissement dans les médias étrangers sont également une préoccupation, tout comme 51% du commerce de détail routier. Limite avec des exigences d'approvisionnement local. L'élimination de toutes ces mesures de politique industrielle sera l'objectif principal de la délégation américaine.

  1. AFFAIRE POUR LES DROITS DES FEMMES

L'administration Trump a cherché à saper systématiquement les droits sexuels et reproductifs, aux États-Unis et dans le monde. Il a supprimé le financement de diverses organisations travaillant sur les soins sexuels et reproductifs, y compris l'accès à l'avortement, élargissant la "règle du bâillon mondial". Cette règle interdit à toute organisation qui fournit ou dirige l'avortement dans la planification familiale de recevoir un financement fédéral. En conséquence, l'accès aux soins de santé aux États-Unis est réduit, et les femmes pauvres, glamour et transgenres en particulier sont privées de leur droit fondamental aux soins de santé. Trump ignore également les vues patriarcales et misogistes des femmes qui nient leur droit de choisir et prennent des décisions concernant leur avenir.

  1. ATTITUDE À LA PAIX ET À LA SÉCURITÉ

Les États-Unis font pression sur l'Inde pour qu'elle soit complètement dépendante de ses besoins de défense complets. Sous la pression américaine, le gouvernement indien a autorisé 100 investissements privés dans le secteur de la défense. Il a menacé de sanctions lorsque l'Inde avait l'intention d'acheter à la Russie un système avancé de défense antimissile S-400.. L'accord nucléaire entre l'Inde et les États-Unis a lancé le processus de renforcement du partenariat de défense entre les deux pays et de nombreux accords de défense ont été signés, ce qui porte gravement atteinte aux intérêts stratégiques, de défense et de sécurité de l'Inde. COMCASA, LEMOSA en sont deux exemples. Même pendant ce voyage, Trump va vendre des armes américaines à l'Inde et accroître la dépendance de l'Inde à l'égard des États-Unis. Toutes ces mesures sont extrêmement dangereuses pour la sécurité et la souveraineté de notre pays. Sous le règne de Trump, l'agression impérialiste américaine s'est intensifiée, rapprochant le monde d'un holocauste nucléaire. Les États-Unis se sont retirés du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, l'un des piliers du désarmement mondial. Dans le sens des aiguilles d'une montre, indiquant la proximité de la catastrophe d'origine humaine, est la plus proche de minuit depuis sa création en 1947. Trump a également soutenu la couche de défense contre les fusées spatiales, jetant les bases d'un armement spatial dangereux. Les États-Unis ont forcé l'Asie occidentale à se retrouver au bord d'une autre guerre catastrophique en se retirant de l'accord sur le nucléaire iranien et en tuant le général iranien Qassem Soleimani. Il continue d'être un fervent partisan de l'agression israélienne en Palestine et dans les pays voisins et est le plus grand fournisseur d'armes à l'Arabie saoudite, dont la guerre avec le Yémen a provoqué l'une des pires crises humanitaires en un siècle. Grâce à des initiatives telles que la stratégie indo-pacifique et QUAD en Asie du Sud-Est et de l'Est, les États-Unis ont encouragé le siège provocateur de la Chine ainsi que les guerres commerciales et technologiques. En Amérique latine, il a soutenu et approuvé des coups d'État et des tentatives de coup d'État en Bolivie et au Venezuela. En conséquence, les dépenses de défense américaines ont augmenté régulièrement depuis l'arrivée au pouvoir de Trump. Aujourd'hui, le budget militaire américain est non seulement le plus important au monde, mais plus important que les 11 autres pays réunis.

  1. Solidarité avec le peuple palestinien, cubain, iranien et vénézuélien

Le régime de Trump a alimenté la guerre américaine contre des personnes dans des pays comme la Palestine, Cuba, le Venezuela et l'Iran. Son arme principale était les sanctions, qui posaient d'énormes difficultés. Dans le cadre du soutien américain à la tentative de coup d'État au Venezuela, l'administration Trump a imposé un certain nombre de mesures unilatérales fortes. 2019 Des études montrent que les sanctions américaines auraient pu tuer plus de 40000 personnes dans le pays entre 2017 et 2018. Quant à Cuba, le titre du titre III de la loi Helms Burton, publiée par l'administration Trump, est le dernier chapitre d'une offensive de plusieurs décennies. la vie et les moyens de subsistance des gens ordinaires qui y vivent. En Iran, des vagues de sanctions perturbatrices ont stimulé le chômage et ralenti la croissance. Les Palestiniens sont parmi les pires cibles du régime de Trump. Sous le règne de Trump, les États-Unis ont parrainé Israël sur une inclinaison, qui à son tour a révélé une vague de répression sans précédent contre le peuple palestinien, en particulier les manifestants lors de la grande marche du retour. De la réinstallation à l'ambassade des États-Unis à Jérusalem à l'annonce de l'accord du centenaire, Trump a été un ennemi irrésistible des droits et des aspirations du peuple palestinien.

  1. COMPACT MONDIAL DE LA LÉGISLATION DES AUTORITÉS

Trump a été à l'avant-garde d'un renouveau mondial de droite qui a prospéré contre le racisme, les attaques contre les minorités et le chauvinisme ethnique et religieux. Ces forces, dont la plupart sont aux commandes dans le monde entier – Israël, le Royaume-Uni, l'Inde, les Philippines, le Brésil et la Turquie – ont établi des liens étroits les unes avec les autres. Le récent événement Howdy Modi en est un exemple classique. L'invitation de l'Inde au président brésilien Jair Bolsonaro, connu pour ses déclarations misogynes et racistes, est un autre exemple d'une telle coopération. Ces régimes ont soutenu la construction de frontières, la ségrégation des minorités, le ciblage des migrants et l'attaque des droits des femmes. Ils ont également ouvert et mené des vagues d'attaques de droite dans leur pays, ciblant les couches les plus vulnérables de la société.

Avec la montée des opinions de droite aux niveaux national et mondial, nous nous rendons compte que ce n'est pas le moment de se calmer. Les signataires sont solidaires de toutes les couches de la société en Inde et dans le monde qui se battent pour la justice et la dignité face aux régimes répressifs. Nous réaffirmons notre attachement à la démocratie, à la paix, à la justice et à la solidarité. C'est la raison pour laquelle nous avons uni nos forces pour opposer la visite de M. Trump en Inde et la subordination du gouvernement indien aux intérêts impériaux américains.

Lisez aussi: Visite de Trump: venez voir le théâtre!

"10 raisons de s'opposer à la visite du président américain en Inde" ☏ assurance entreprise
4.9 (98%) 32 votes